Google se sert de nous !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Google ne sait pas évaluer la qualité du contenu d’une page

Dans cette interview de Matt Cutts et Amit Singhal :TED 2011: The ‘Panda’ That Hates Farms: A Q&A With Google’s Top Search Engineers les deux ingénieurs nous expliquent bien les méthodes communes d’une démarche scientifique pour définir un contenu de faible qualité
….Bon…. Admettons.

Mais forcément, derrière il y a la question qui fâche :

But how do you implement that algorithmically ?

Et bien pour l’instant, nous n’avons pas lu de réponse très claire. Et pour cause !

Ainsi que nous le fait remarquer Laurent Bourrelly dans Le spam n’est pas le problème, la difficulté n’est pas de traiter les spams. Google sait le faire, et de mieux en mieux. En revanche, tant que Google ne comprendra pas ce qu’il lit, les pages aux contenus de faible qualité ont encore de beaux jours devant elles.

Google repose la question différemment

Puisque Google ne peut encore évaluer la qualité d’un contenu, il va se fier à nous et nous demander de le faire à sa place.
Il pose ainsi le problème autrement : si nous trouvons que des pages ont un contenu de qualité, nous allons leur attribuer de la confiance, de la popularité, de la crédibilité.
Et cela, l’algorithme de Google sait déjà le reconnaitre et l’intègre :

  • Google se sert de notre historique de navigation pour nous proposer ses pages de résultats
  • Les votes +1 donneront au moteur de recherche des indications sur nos recommandations, ce que nous considérons comme des pages intéressantes
    Dizpos sur google
  • Sur Chrome, Google propose une extension permettant de bloquer certains sites dans ses résultats de recherche. Et surtout, ces informations sont envoyées à Google.
    Puisqu’il n’y aura pas de -1, comme l’affirmait récemment Matt Cutts, on peut penser que cette fonctionnalité sera rapidement intégrée à la SERP.
  • Les résultats « sociaux » sont désormais tout à fait intégrés à la recherche universelle. De plus, comme le fait remarquer Abondance, « Google indique également si une personne parmi vos amis a tweeté un lien présenté dans les résultats. Point important : le fait que cette personne ait « aimé » ce lien peut le faire monter plus haut dans la SERP qui vous est présentée»

On peut penser qu’il y a pas mal de nouveaux paramètres à prendre en compte très prochainement, pour le SEO. Cependant, un seul et toujours le même prime : la qualité et l’intérêt du contenu.


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Wladimir Quensière

Webmaster technique, SEO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *