Précision de Matt Cutts sur le rel=canonical et Google

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Google Matt Cutts

rel=«canonical» pour éviter les profondeurs des SERPs de Google

L’un des moyens de se prémunir du duplicate content est, lorsque l’on repprend le contenu d’une page déjà existante, de définir la page d’origine comme une page canonique.
Pour se faire, on intègre la balise <link /> avec l’attribut rel=«canonical» dans le head de la version non canonique de la page. On utilisera de préférence, pour des raisons de bonne compréhension des crawlers, des liens absolus. Petit exemple : <link rel=«canonical» href=«http://www.dizpos.com»/>

Ainsi, Google comprend quelle est la page qu’il devra indexer.

Une indication pas toujours prise en compte par Google

Matt Cutts est revenu très récemment sur cette question et sur le comportement de Google face à cette indication.
Il explique que Google le prend en compte excepté dans certains cas :

  • Lorsque la page canonique est une page 404
  • Lorsque Google pense que le site a été hacké (présence simultané du rel= »canonical » et d’autres manifestations douteuses : textes et liens cachés, malware …)
  • Lorsque la balise en question se trouve dans le body d’une page. Cela peut-être du hacking et se produire dans le cas ou les sites permettent l’intégration de html en front.
  • Pour les mêmes raisons, lorsque le rel= »canonical » se trouve bien dans le head avec du contenu inattendu (que l’on est censé retrouver dans le body)

N’importe comment, Matt Cutts nous rappelle que l’emplacement de cette balise doit se retrouver le plus haut possible dans la balise head


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Wladimir Quensière

Webmaster technique, SEO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *